25/07/2008

Hommage à Jacques Izoard

Jacques Izoard est né en à Liège le 29 mai 1936 et y est décédé ce samedi 19 juillet 2008. Considéré aujourd'hui comme l'un des grands poètes de langue française, ce fervent amateur de sa ville natale, où il a toujours résidé, privilégiait les thèmes de la nature, du corps et du langage au sein de ses textes. Ses poèmes, de structure simple et épurée, portent une grande attention à la sonorité des mots.

Missing image

Izoard publie ses premiers poèmes dans la revue de l'Athénée Royal de Liège. Prix de Poésie de l'Académie Mallarmé en 1979, professeur de français dans l'enseignement communal liégeois de 1960 à 2000, il fonde en 1972 les cahiers poétiques Odradek qu'il animera pendant sept ans. Il organisa également durant de nombreuses années des lectures publiques de poèmes.

Tout amateur de poésie a lu au moins un recueil de Jacques Izoard, poète à l'univers singulier marquant de sa présence ces dernières décennies.
C'est en 1962 qu'Izoard publie son premier recueil : Ce manteau de pauvreté. Celui-ci sera suivi d'une cinquantaine d'autres composant dès lors une œuvre majeure de notre temps.
En 1979, il reçoit le Prix de Poésie de l’Académie Mallarmé pour Vêtu, dévêtu, libre publié chez Belfond.

Izoard s'était fixé un objectif : “La poésie est pour moi le moyen de vivre mieux et plus longtemps dans l’épaisseur des choses” ce qui fit de lui un poète libre de tout modèle, sensuel, se nourrisant principalement des sensations du corps.
Voici un extrait de Dans Ce manteau de pauvreté - poèmes et autres récits, où avec des mots justes, il chante Liège :
je suis des yeux les autobus
effrénés
rouges à l'assaut des montées
prénom de mon prénom Liège ensorceleuse
orageuse orange été de nos meuses
orangeade amère aux soifs d'Outremeuse
les flots verts de l'Ourthe
les nuits de l'Amblève
ou de la place Saint-Jacques ou le pont d'Avroy.

Hollynx |     |   |   Qué novèles ? (0)

Les commentaires sont fermés.