10/08/2008

Expo S.-A. Steeman à Chaudfontaine

Pour le centenaire de Stanislas-André Steeman, né à Liège en 1908, une riche exposition est présentée à Chaudfontaine. Elle s’intitule “S-A. Steeman et les littératures criminelles en Belgique francophone”.

Vous verrez des curiosités, comme le premier roman policier – on disait alors “roman judiciaire” - paru en Belgique (1901).
Steeman est au centre de l’expo.
Simenon est évidemment présent, mais considéré sous un angle insolite.
Des grandes affaires policières liégeoises sont évoquées, comme l’affaire Peltzer, un crime passionnel à la Belle Époque.
Une vitrine regroupe quelques détectives de la BD belgo-française: Jean Valhardi, Ric Hochet, Gil Jourdan...

VOIDStanislas-André Steeman est né à Liège (rue Fabry) en 1908. Il est mort à Menton en 1970. Il est le père de l’humoriste Stéphane Steeman.

La spécialité de “SAS”: le roman à énigme. Au moment de ses plus grands succès (les années trente et quarante), on a dit qu’il était l’égal d’Agatha Christie dans ce genre.
Il est arrivé aux critiques français de surnommer Steeman “le Simenon belge”. Ces critiques oubliaient que Simenon l’était aussi...

Comme dans le cas de son célèbre aîné (de 5 ans), c'est une carrière de journaliste tôt commencée qui a constitué ses débuts dans l’écriture.
Au début des années trente, Steeman se tourne résolument vers le roman policier. Il crée son héros-fétiche: Wenceslas Vorobeïtchik, connu sous le nom de Monsieur Wens.

La carrière de Steeman connaît un premier sommet avec “L'Assassin habite au 21”. Le roman sera porté à l’écran en 1942 par Henri-Georges Clouzot.
Un autre grand Steeman, “Légitime défense” sera porté à l’écran, toujours par Clouzot, sous le titre “Quai des Orfèvres”.

Où ? Source O Rama, avenue des Thermes 78 bis à Chaudfontaine (face au Casino).
Quand ? Tous les jours, jusqu’au 17 octobre 2008, de 10 à 17 heures.
Combien ? Entrée libre.
Infos 04 364 20 20

Owen |     |   |   Qué novèles ? (1)

Commentaires

Super article, j ai une demie molle!

Publié par Buy cialis le mercredi 17 décembre 2014 à 17h12

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.