20/11/2009

La fin du stationnement alterné

Il y a plus de 20 ans, vu l’augmentation de voitures, certains riverains trouvaient anormal de voir sans cesse des voitures stationnées sur leur trottoir alors que l’autre côté de la rue n’était jamais encombré.

A la demande des citoyens, naissait alors le stationnement alterné : autorisé en alternance de chaque côté de la chaussée, respectivement du 1 au 15 et du 16 au 30 (ou 31) du mois.

Missing image

À Liège, 153 rues sont concernées sur les 2.000 que compte la ville et à partir de janvier 2011, soit avec l'entrée en vigueur du nouveau code de la route, ces rues verront la suppression de cette règle de stationnement.

L'une des raisons avancées est que tout le monde ne change pas de côté en même temps, ce qui crée dans certaines rues des problèmes de circulation insolubles, les nuits du 15-16 et de fin de mois.

Quatre autres changements sont prévus dans la nouvelle édition du code de la route, vous pouvez les découvrir ICI.

Hollynx |     |   |   Qué novèles ? (4)

Commentaires

jules cralle est il possible de savoir si la rue jules cralle se trouve dans les 153 rue consernées Bien a vous Grryson pierre

Publié par gryson le mardi 22 juin 2010 à 9h49

Répondre à ce commentaire

Renseignements détaillés Bonjour Gryson,

Comme nous le signalons régulièrement, nous ne sommes souvent que le relais d'infos concernant la Cité Ardente [i]en général[/i].

Pour de plus amples renseignements, le mieux est de contacter les autorités responsables et compétentes en la matière: dans le cas présent, sans doute la police et/ou la Ville de Liège ou la commune concernée.

Amicalement.

Publié par Hollynx le mardi 22 juin 2010 à 11h32

Répondre à ce commentaire

De toute façon, la réponse est claire, non? Si la rue Jules Cralle était une rue à stationnement alterné, elle ne le sera plus. Et si elle ne l'était pas, la question ne se pose pas... ;-)

Publié par Laurent le mardi 29 juin 2010 à 10h29

Répondre à ce commentaire

@ Laurent En effet :-)))

Publié par Hollynx le mardi 29 juin 2010 à 10h37

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.