10/06/2010

TRAPPIST: pour mieux voir les étoiles

L'ULg (Université de Liège) est la première université belge francophone à s'équiper d'un télescope robotique pour les observations astronomiques: il va brasser le ciel à la découverte des exoplanètes et des comètes.

VOID

Nommé TRAPPIST (TRAnsiting Planets and PlanetesImals Small Telescope), il est installé au Chili, sur la montagne de La Silla, dans les terres arides du désert de l'Atacama. Terre peu hospitalière pour les formes de vies à l'exception des astronomes, qui peuvent observer un ciel étoilé dans de parfaites conditions quasiment toute l'année (Les conditions climatiques offrent environ 300 nuits claires par an, pour 2 nuits en Belgique). L'ESO (European Southern Observatory) y a d'ailleurs installé ses quartiers depuis 1969.

TRAPPIST aidera les astrophysiciens de l'ULg à mieux comprendre la formation et l'évolution des systèmes planétaires et ce, de deux manières : en recherchant et en étudiant d'une part des planètes situées en dehors de notre système solaire (exoplanètes) et, d'autre part, en observant des comètes gravitant autour du soleil.D'un diamètre de 60 cm, TRAPPIST a l'avantage d'être parfaitement autonome. Il peut donc être commandé de Liège, ce qui permet d'éviter les coûts de voyage et de séjour sur place. Il a même sa propre station météo qui lui permet de refermer la coupole quand le temps se dégrade.

Par ailleurs, puisque le télescope appartient à l'ULg, ils pourront effectuer leurs recherches toute l'année dans un domaine où il faut habituellement négocier farouchement les temps d'utilisation des appareils, disputés par de nombreuses équipes internationales.

"Pour ce genre de recherche,, il est important d'avoir un télescope à notre disposition exclusive. Par exemple, pour les comètes, certaines sont connues, mais beaucoup apparaissent sans crier gare. Et là, nous devons être capables de les observer au moment opportun. Quant aux exoplanètes, il faut que nous parvenions à les observer au moment précis où elles sont en transit, quand elles passent devant leur étoile. De tels transits durent plusieurs heures, voire toute une nuit." Pierre Magain - Professeur à l'ULg et Responsable administratif du projet.

Le financement du projet a été principalement assuré par le F.R.S.-FNRS, mais également par le FNS (Fonds National Suisse pour la Recherche Scientifique).

Pour en savoir plus (en anglais) : http://www.eso.org/public/news/eso1023/

Hollynx |     |   |   Qué novèles ? (2)

Commentaires

Trappist? :) Dieu quel nom bien belge!

Chef un ptit verre on a soif... Une petite bière on a soif... On a soif... On a soif...

Tu me donnes envie d'une bonne Trappiste de chez nous Joëlle, c'est malin :)

Hahaha!

Je suis ravi de cette news, je suis moi-même un astronome averti et intéressé... D'ailleurs, chaque année, je me confectionne un calendrier mural perso et celui de 2010 est dédié à l'astronomie :)

Publié par Pinoo.be le jeudi 10 juin 2010 à 8h21

Répondre à ce commentaire

@ Pinoo Je m'attendais bien à une réaction de ce style : [b][i]TRAPPIST[/i][/b], c'est un acronyme effectivement très bien trouvé pour cette réalisation belge, dont Liège, par ailleurs, peut être légitimement fière.

Je serais curieuse de découvrir des images de ton calendrier ... :-)

Publié par Hollynx le jeudi 10 juin 2010 à 9h35

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.