22/09/2011

TempoColor, réfléchissons le monde !

C'est extraordinaire le nombre de festivals que l'on organise, de nos jours !

Celui-ci est prometteur :

Un Festival pour réfléchir le monde… / décloisonner les perspectives… / bousculer les certitudes… / alimenter les possibles…, nous dit la pub.

Tout un programme !



Mais de quoi s'agit-il ?

Tout d'abord, ce festival est gratuit, il a lieu place des Carmes, vendredi (à partir de 16h) et samedi (à partir de 12h30).

A l'affiche :

De la musique, du jazz, des percussions, du hip-hop, des groupes de musiques traditionnelles de différents pays, des fanfares, de la musique électronique, du théâtre, des marionnettes, du rock,... bref, un étonnant, détonnant et délicieux mélange que j'ai bien envie de découvrir !

TempoColor, c'est avant tout : la citoyenneté mondiale.

Depuis 2002, durant le dernier week-end de septembre, dans une perspective de citoyenneté mondiale, le TempoColor fait résonner la cité liégeoise aux enjeux des solidarités interculturelles, des relations Nord-Sud, et du développement durable. Afin de titiller votre curiosité, de provoquer la rencontre avec l’autre, et avec d’autres visions du monde, ce Festival urbain rassemble une diversité d’expressions contemporaines (musiques, contes, photographies, arts plastiques, spectacles, théâtres de rue…). Grâce à l’investissement de diverses associations, il propose également, par le biais des « Points Colères pour la terre», des actions d’interpellations et de débats au sein de l’espace public.La nouveauté 2011 : le jeudi 22/09, un concert d’ouverture au Palais Opéra avec Ibrahim MAALOUF, et en 1ère partie : LE MURMURE DE L’ORIENT -Manuel HERMIA feat. Majid BEKKAS, pour le lancement de la campagne du CNCD 11.11.11 en province de Liège « Justice climatique ».Au vu des problématiques actuelles, les raisons de nous indigner demeurent nombreuses. Cette année, nous mettons un focus sur la nécessité de « justice climatique ». En effet, notre surconsommation des ressources naturelles au détriment du sud, ainsi que leurs conséquences mondiales, ne peuvent perdurer. S’il est nécessaire d’interroger nos habitudes de consommation et de production, ainsi que leurs conséquences; il nous est surtout désormais indispensable de passer à des engagements réels.

Hollynx |     |   |   Qué novèles ? (2)

Commentaires

Festival bien sympathique en perspective, j'irais surement y faire un tour.

Publié par objets caches le jeudi 22 septembre 2011 à 17h39

Répondre à ce commentaire

Idem pour moi... Bon amusement !

Publié par Hollynx le vendredi 23 septembre 2011 à 15h23

Les commentaires sont fermés.