20/08/2013

20 août ... 1914

Mardi, 20 août... En parcourant le Net, je viens de tomber sur cette question-réponse : tous les Liégeois connaissent la place du XX Août, mais savent-ils pourquoi cette date a été choisie ?

Je n'hésite pas à partager avec vous cet article bien intéressant pour les amoureux de Liège et de son histoire.



À un an du centenaire de la Première Guerre mondiale, il convient de rappeler qu’une page sombre de l’histoire de la ville s’y est déroulée le 20 août 1914.
Lieu de passage, de circulation automobile et d’afflux d’étudiants, la place du XX Août constitue l’une des artères très fréquentées de Liège. Les bâtiments de l’université sont bien souvent appelés «le XX Août» par les étudiants. Mais connaissent-ils l’origine de cette appellation?
Elle remonte à l’entame de la Première Guerre mondiale, alors que l’Armée impériale allemande, en ce mois d’août 1914, envahissait la région liégeoise. Le 20 août, en particulier, cette place a été le théâtre d’exactions particulièrement marquantes pour les Liégeois.

17 civils exécutés, les édifices de la place incendiés.

«Toute une série de bâtiments et édifices de la place ont été incendiés, démolis. Notamment le bâtiment de la Société libre d’Émulation et sa bibliothèque qui est partie en fumée», rappelle Philippe Raxhon, historien à l’ULg. Mais surtout, ce sont 17 Liégeois qui sont fusillés à cet endroit durant la nuit du 20 août 1914. «Il faut se rendre compte à quel point cet épisode a été traumatisant», poursuit Philippe Raxhon. Le 20 août était un jeudi «et le dimanche qui a précédé, les Liégeois se sont encore rendus sur la Batte, sont allés se promener à Tilff ou ailleurs. Subitement, ils ont été attaqués par un pays voisin et ami».

Des civils choisis au hasard.

Les victimes exécutées, précisément, n’ont pas été choisies pour leur résistance ou parmi les militaires. «L’armée allemande les a prises au hasard, parmi les civils, puis les a fusillées. Au total, ce sont près de 5500 personnes qui ont été fusillées de la sorte dans les villes et communes martyres de Wallonie», rappelle Philippe Raxhon. «Disons que l’armée impériale ne s’attendait pas à voir une opposition de la population. Exécuter des civils constituait une sanction, justifiée à leurs yeux. Il y avait aussi la croyance allemande des francs-tireurs, qui datait de 1870. Ils ont cru à tort que des civils tiraient sur des soldats allemands…»

En mémoire de ce tragique épisode et des victimes de cette nuit du 20 août 1914, celle qui s’appelait «place de l’Université» allait dès lors porter le nom de «place du XX Août».
Une plaque commémorative, bas-relief réalisé par l’artiste liégeois Oscar Berchmans, se trouve toujours sur la façade de l’université.

Voilà une anecdote bien triste de notre histoire. En vous la relatant, je voulais rendre un petit hommage à ces innocents tués injustement, et qu'à l'avenir, vous ne parcouriez plus cette place de la même façon...

Hollynx |     |   |   Qué novèles ? (1)

Commentaires

Je connaissais cet épisode tragique de la guerre 14-18 que le mentionne dans mon prochain livre "Le bal des cornichons" qui doit paraître dans le courant de cette année.

Ghislaine Jermé.
écrivain

Publié par Jermé Ghislaine le lundi 20 janvier 2014 à 16h04

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.