28/09/2008

A méditer...


Le caractère liégeois a, dit un auteur, je ne sais quoi de prompt, d’ouvert, de facile, de vif, de spirituel, de malignement plaisant, de résolu, d’aventureux , dont on retrouveencore l’empreinte à travers l’exquise politesse et les formes bienveillantes de la bonne société.

Missing image

On trouve même dans ce peuple, dit un autre, quelque chose de méridional : des yeux noirs, des cheveux noirs, un teint quelque peu basané, de la chaleur de tête , de l’imagination , de la gaieté, et cette irrégularité de traits qui annonce une race passionnée...La politesse et l’hospitalité des Liégeois sont extrêmes, et il y a peu de villes où l’inégalité des fortunes se fasse moins sentir. Le Liégeois est brave, bon soldat, curieux, grand parleur, et il cultive avec distinction toutes les branches d’art. Il semble né musicien, poète, peintre, mécanicien. Son génie ne veut rien d’imité. Il se crée un talent propre, même en littérature. Ce qui distingue particulièrement les Liégeois, c’est leur amour pour la liberté et pour leur pays.


Belgique, Félix Mornand, 1853.

Hollynx |     |   |   Qué novèles ? (2)