04/05/2014

Sur les pavés



En 2008, j'écrivais déjà :

Nos trottoirs wallons ont désormais l'accent asiatique : les bordures sont chinoises et les pavés vietnamiens, des matériaux parfois 60% moins chers que les pierres belges et livrés dans de plus brefs délais. Hélas, dans de telles conditions, beaucoup craignent pour la qualité de la marchandise (de nombreux défauts ont déjà été constatés) et se posent de multiples questions au sujet de la longévité de ces pierres dans notre climat, fort peu comparable à celui de leur terre d'origine. Enfin, un autre détail qui a cependant son importance : les pavés chinois sont importés par bateau. On peut dès lors s'inquiéter pour la quantité de CO2 produite pour l'acheminement de chaque pavé.



Rien ne semble avoir changé...

En effet, ces derniers jours, la presse faisait mention du fait que les conseillers communaux Louis Maraite et Pierre Gilissen interpellaient l’échevin liégeois des Travaux au conseil communal de Liège à propos de la pierre wallonne qui se porte mal. Les pierres étrangères, asiatiques en grande partie, mais aussi indiennes ou turques, inondent le marché des pavés, malgré leur qualité nettement moins bonne.

Hormis la place Saint-Lambert, la place Saint-Etienne et quelques autres réalisations ponctuelles réalisées en pierres du pays, les autres chantiers ont fait appel aux pierres chinoises. On remarque que ces voiries ne tiennent pas le coup, elles se désagrégent sous la circulation ou forment de véritables trous.

A noter que devant la gare Calatrava, les pavés posés par la SNCB-Holding sont des pavés wallons qui restent impeccables.

Bref, autant payer un peu plus cher et éviter les travaux à répétition !